Foster ~ C.Keegan

Foster – Claire Keegan

29186295_1603281393100901_5307974361129418752_o-e1520989243526.jpg« Kinsella takes my hand in his. As soon as he takes it, I realise my father has never once held my hand, and some part of me wants Kinsella to let me go so I won’t have to feel this. It’s a hard feeling but as we walk along I begin to settle and let the difference between my life at home and the one I have here be. »

En allant refaire ma carte de lectrice à la médiathèque, j’ai voulu emprunter un livre, malheureusement pour moi, il l’était déjà…peut-être plus tard.

J’en ai alors profité pour me remettre à la lecture en anglais et j’ai choisi un petit livre qui ne payait pas de mine sur l’étagère, en me disant qu’il serait simple à lire puisque court et écrit assez gros, Foster.

Que n’avais-je pas fait, les dialogues en patois Irlandais et le style d’écriture ont semé des embuches dans ma lecture !

Néanmoins, ça a été une très belle découverte, ce court roman est empli d’émotions. Une petite fille laissée à un couple de fermiers par son père, le temps d’un été, va découvrir ce qu’est d’être aimé. C’est un récit tout en suggestions, délicat, plein de tendresse et dramatique à la fois.

Résumé : Dans la chaleur de l’été, un père conduit sa fille dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Bien qu’elle ait pour tout bagage les vêtements qu’elle porte, son séjour chez les Kinsella, des amis de ses parents, semble devoir durer. Sa mère est à nouveau enceinte, et il s’agit de la soulager jusqu’à l’arrivée du nouvel enfant.
Au fil des jours, puis des mois, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier, où la végétation est étonnamment luxuriante, les bêtes grasses et les sources jaillissantes. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui pourtant l’entourent de leur bienveillance.
Pour elle qui n’a connu que l’indifférence de ses parents dans une fratrie nombreuse, la vie prend une nouvelle dimension. Elle apprend à jouir du temps et de l’espace, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille qui semble ne pas avoir de secrets. Certains détails malgré tout l’intriguent : les habits dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle, l’attitude de Mrs Kinsella lors de leurs rares sorties à la ville voisine…


« Foster » de Claire Keegan
« Les trois lumières » pour la traduction française.

Propriété exclusive (OMPI)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s